Regime soupe au chou hopital 35

Un échange est comme une portion qui procure des quantités de glucides fixes.Par contre, si la glycémie et les taux de lipides n’étaient pas adéquats, une révision à la baisse de l’apport en sucres ajoutés devrait être envisagée.Il faut privilégier les aliments contenant des glucides présents naturellement.On suggère de ne pas consommer plus de 10 % de ses calories totales sous forme de glucides ajoutés si le contrôle de la glycémie et des lipides est maintenu.Sinon, les légumes peuvent être consommés à volonté.* Prenez en considération les échanges pour les légumes seulement si vous devez calculer avec précision vos glucides, comme c’est le cas chez les personnes traitées avec beaucoup d’unités d’insuline par jour.Les personnes diabétiques obèses ou avec un surpoids doivent adopter une alimentation équilibrée et restreinte en énergie pour atteindre et maintenir un poids d’équilibre plus sain. Chez un diabétique, le contrôle de l’apport en glucides est de toute première importance.Ce système d’échange correspond à celui de l’association Diabète Québec.On retrouve aussi dans ce tableau la teneur en protéines et en lipides pour chaque échange.Chez un diabétique, tout programme alimentaire doit être ajusté selon le degré d’activité physique et les médicaments.L'alimentation joue un rôle majeur dans le bien-être et la santé des diabétiques, car elle permet de combler ses besoins nutritionnels, de contrôler le glucose sanguin, d'atteindre un poids et des taux de lipides sanguins adéquats, de contrôler la pression artérielle et de prévenir les complications de la maladie.Les glucides sont présents naturellement (fruits, produits laitiers, féculents, légumineuses) ou sont ajoutés aux aliments (sucre, glucose, fructose, dextrose, miel, sirop d’érable, etc.).Ces écarts permettent l’individualisation du traitement nutritionnel en fonction des préférences et des objectifs du traitement.Il doit, en outre, suivre un régime adapté au diabète de type 2.