Crise de polyarthrite rhumatoide pdf

Dans le cas de la PR et des maladies auto-immunes, l’inflammation s’emballe et finit par endommager un tissu qui n’avait rien demandé.En plus de s’attaquer aux agressions extérieures, votre système immunitaire joue les fortes têtes et a décrété qu’il allait également s’attaquer à la membrane synoviale de vos articulations .La PR survient généralement chez les personnes âgées de 40 à 60 ans et a une nette prédilection pour les femmes.Il n’en reste pas moins que les hommes peuvent également en souffrir, de même que les enfants et jeunes adultes, ou les personnes plus âgées.Dans le cas de la PR, plusieurs articulations sont touchées, c’est pour cette raison que l’on parle de polyarthrite.Les deux os en question sont maintenus ensemble par des ligaments, un peu comme le vélo de vos vacances est tenu par des tendeurs sur le coffre de votre voiture. La membrane et son liquide forment une poche autour de l’articulation pour la nourrir et fluidifier son mouvement, permettant ainsi de préserver le cartilage (protection recouvrant l’extrémité des os).Par dessus ces ligaments : une couche de tendons, dont le rôle est de fixer, sur l’os, le muscle qui les recouvre. Les articulations n’ayant plus de secret pour vous, voici un nouveau sujet de discussion pour vos potentiels dîners mondains : l’inflammation.Avec une intensité variable, la douleur est présente en permanence et peut ainsi agir sur vos humeurs : qui serait capable d’avoir constamment le sourire tout en ayant mal ?