Ligaturer les varices hommes

Autrefois, on mettait la plupart des objets dans des tambours métalliques.La chirurgie aseptique était introduite par les chirurgiens allemands comme Billroth, 2 ans plus tard.4. Plus que 90% des infections postopératoires débute par une faute des techniques d’asepsie dans la salle d’opération lors d’une opération.En effet, les comportements, les circulations des personnes, des malades, des matériels et des déchets peuvent être à l’origine, même dans le bloc opératoire le mieux conçu, des dysfonctionnements en matière d’hygiène et d’éventuelles infections nosocomiales (infections qu’on attrape à l’hôpital).Florence Nightingale fut une pionnière de la chirurgie aseptique: en soignant les blessés de la guerre de Crimée, elle constate que le typhus, les diarrhées, les plaies infectées sont favorisés par la saleté dans les hôpitaux.La qualité microbiologique de l'environnement du bloc opératoire est la résultante de différents éléments allant du type de système de ventilation à la qualité des textiles par l'entretien régulier des locaux.Ceci pour que la plaie opératoire ne puisse se contaminer. Aujourd’hui on utilise l ‘asepsie : Méthode de prévention d’infection par la stérilisation des matériels de chirurgie associée à une activité empêchant l’arrivé de tous microbes dans la plaie operatoire.3.En Angleterre, Lister, appelé le père de la chirurgie antiseptique, emploie l'acide carbolique ou phénol dès l865 pour désinfecter les salles, le linge et les instruments.