Menu pour femme enceinte en surpoids

Pour une personne, comme une femme enceinte, anémiée, ou en enfant en forte croissance, qui a besoin de plus de zinc et de fer qu’un homme ou une femme après la ménopause, il reste important de consommer cette viande plutôt à midi, éventuellement au petit déjeuner, et de privilégier le soir les glucides lents, aux effets sérotoninergiques, calmants.Lorsque j’ai commencé à enseigner la nutrition aux sportifs, entraîneurs et médecins du sport, en particulier aux Antilles, j’ai été très étonné de découvrir que mon image du sportif, sain, extraverti était fausse.a comparé un groupe de 22 personnes en surpoids abdominal consommant 30 grammes d'un mélange de noix de Grenoble, d'amandes et de noix brésiliennes quotidiennement et un groupe de 20 personnes devaient éviter les noix.Et le vent, la vague, l'étoile, l'oiseau, l'horloge, vous répondront, il est l'heure de s'enivrer ; pour ne pas être les esclaves martyrisés du temps, enivrez-vous, enivrez-vous sans cesse de vin, de poésie, de vertu, à votre guise »Ces poètes prêts à payer le prix fort l’urgence de soulager, comme tant d’autres écrivains, d’artistes, leur spleen – ce qui n’en a pas évité à un grand nombre d’entre eux une disparition précoce et souvent par suicide…Aujourd’hui nous avons la chance, en comprenant les mécanismes derrière ce mal être, de pouvoir choisir nos drogues et leurs doses, afin qu’elles bercent notre quotidien, sans nous détruire, et même,à l’opposé, de façon à ce qu’elles augmentent notre énergie,notre longévité, notre créativité, notre maîtrise et notre estime de nous, comme celle des autres…Contrairement aux sucres rapides qui font monter trop vite le glucose sanguin et induisent une redescente déstabilisatrice et qui ont de multiples effets délètères (glycation ou blocage des outils biochimiques, augmentation des graisses circulantes, risques de surpoids et de diabète, etc…), les glucides lents ont un effet sérotoninergique prolongé et stable sans avoir d’effets négatifs sur la santé.La plupart des sportifs de haut niveau s’avèrent être des dysfonctionnels sérotoninergiques caricaturaux.Les principes actifs du chocolat sont par ailleurs puissamment antioxydants, anti-inflammatoires et immuno-modulateurs.Par ailleurs ces oléagineux ne font pas grossir, inhibent l’absorption des graisses saturées – en particulier grâce à l’arginine dont ils sont la source la plus riche -, améliorent les lipides circulants, réduisent les risques cardiovasculaires…Une très bonne nouvelle : le chocolat noir (à partir de 74% - ce qui laisse moins de place au sucre et sans lait) a non seulement des effets sérotoninergiques marqués, mais a contrairement aux intuitions, des effets anti-surpoids, protecteurs contre le diabète et les risques cardiovasculaires.au lait de soja enrichi au calcium et aromatisé aux purées d’oléagineux bio (amandes entières, noisettes…) au petit déjeuner Ajout de riz al dente, de lentilles, de petits pois…mieux gérer le poids et le stress, aussi générateurs d’inflammation.La présence de fibres (légumes) et de protéines au même repas ralentissent aussi ces glucides.L’idée ancienne des artisans de faire du chocolat aux noix ou aux noisettes s’avère avec le recul une excellente idée !

dans la salade du déjeuner ajout de patate douce, potiron, courge spaghetti, courge musquée…Par exemple : flocons de quinoa, sarrasin, riz, chataîgne..En cas de consommation élevée de chocolat, penser à prendre de la vitamine PP, le nicotinamide, en complément (au moins dans un complexe généraliste – Multidyn/Multigenics Senior, et sous une forme plus dosée si la dysfonction est importante - Nicobion 500), étant donné que l’inhibition de l’enzyme IDO réduit sa synthèse dans le foie.Quelqu’un qui a une dépendance pour le sucre ou les autres manifestations de la dysfonction sérotoninergique peut devenir beaucoup plus stable en remplaçant à chaque repas les sucres rapides par des glucides lents.(avec la seule réserve que les chocolats industriels sont en général beaucoup trop sucrés et/ou au lait).