Regime hypoglucidique diabete gestationnel 2012

Un twitt de la belle a fini par me décider, et j’ai empoigné mon téléphone pour appeler (Groupe de Recherche sur l’Obésité et le Surpoids), histoire de vérifier si une adepte de Zermati ne traînait pas dans mes parages. La première fois que j’ai poussé la porte de son cabinet médical, j’étais à la fois impatiente et super craintive.Cet éclatant succès, ce mieux-être évident n’étaient pas sans me rappeler ce que j’avais vécu et ressenti après la naissance de Petitou, mais que je n’arrivais plus à reproduire désormais.Mais ce poids pris et gardé me prend la tête, et jusqu’ici les tentatives pour me débarrasser de cet excédent de bagages se sont révélées vaines.Si je n’arrivais plus à me gérer seule, pourquoi ne pas me faire aider?Pour mes deux premiers enfants, pourtant, le temps avait fait son affaire : la reprise du travail, de la danse et un rythme soutenu aidant, au bout d’une année, je rentrais peu ou prou dans mon jeans fétiche.Et puis a longuement détaillé son « expérience » Zermati sur son blog, et j’ai lu avidement tous ses billets sur le sujet.avec plus ou moins de succès (jusqu’à 3 kilos perdus).Je pouvais même me vanter de ne pas avoir eu besoin de me lancer dans des régimes de famine pour cela (même si la découverte de la méthode Zermati après la naissance de Petitou m’a filé un sacré coup de pouce).